Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Que faites-vous jeudi 30 mars à 20h30 ?

Publié le par Salle Jean Genet

Les pieds tanqués

Réservation 03.85.93.84.53

Partager cet article

Repost 0

LES PIEDS TANQUES

Publié le par Salle Jean Genet

Jeudi 30 mars à 20h30

Théâtre, pétanque et guerre d'Algérie

LES PIEDS TANQUES

Artscénicum Théâtre

Texte et mise en scène : Philippe Chuyen

Jeu : Sofiane Belmouden - Philippe Chuyen - Gérard Dubouche - Thierry Paul 

Costumes : Corinne Ruiz

Décor : Christophe Brot.

 

A travers la pétanque, le plus populaire des jeux d’extérieur, le spectacle évoque les problématiques d’appartenance à un territoire, de déracinement et d’enracinement, d’identité. Une partie de boules avec ses bons mots, ses galéjades, mais aussi ses coups bas, pour évoquer les blessures de l’exil, de la culpabilité, des rancoeurs mais aussi des pardons.

 

Quatre joueurs sont en scène dans cette partie de pétanque de tous les dangers : un rapatrié d’Algérie, un français de l’immigration algérienne, un provençal "de souche" et un parisien fraîchement arrivé en Provence. Au fil du jeu, on apprendra peu à peu qu'ils ont tous une blessure secrète, un lien filial et intime avec la guerre d’Algérie. Ils s’opposeront, se ligueront, livreront leur vérité… Ils auront cependant à cœur de finir cette partie, sur ce terrain qui les rassemble et les unit. Assis sur un banc, un musicien, simple observateur ou ange bienveillant ; ses chansons seront des bouffées d’air frais pour que chacun reprenne son souffle.

 

Une pièce où les mémoires s’entrechoquent et dans laquelle la gravité des propos n’exclut pas l’humour. Une comédie dramatique sur l’identité et le vivre ensemble.

Partager cet article

Repost 0

MADGYD CHERFI

Publié le par Salle Jean Genet

Mardi 14 mars à 20h30

Lecture et chanson

avec Samir Laroche au piano

MADGYD CHERFI

Né à Toulouse, chanteur et écrivain français d'origine algérienne, Magyd Cherfi a écrit deux livres Livret de famille et La trempe.

- Qui, le Magyd Cherfi, du groupe Zebda ?

- Oui mais pas que… Il chante aussi en solo et c’est l’écrivain que l’on reçoit ce soir.

- Mais il est pas trop politique ?

- Si si bien sûr ! Mais pas de la politique des politiciens, non de celle, fraternelle et généreuse des poètes qui abolissent les frontières sans blesser ni tuer.

- Oh !!!

- Oui, il est comme Nougaro, un autre toulousain, même voix rocailleuse et la même joie dans la magie acrobatique de la langue française :

« J'écris pas, je burine dans la roche des falaises, je cogne à la verticale suspendu à des cordes de chez rêche. J'écris pas, je percute à la dure comme un Manar qui accepte le contrat des aléatoires. Je tâche à l'intérim pour des petites faims de moi. J'écris pas, j'use des pointes grises et des mèches de marteaux piqueurs. Pas ma faute ... J'ai de mon père au bout de ma plume, trop de colère pour la patience des orfèvres. J'envoie le bois trop pressé d'en découdre avec l'obscurité... j'allume, quoi ! »

- Oui bon, il est comme Canto, il parle aux mouettes en argot, il est Walter Hugo, le poète, alors je serai là bien sûr. Je le jure, oualalaradime.

En partenariat avec la Bibliothèque de Saône et Loire

Partager cet article

Repost 0

SAISON 2016/2017

Publié le par Salle Jean Genet

SAISON 2016/2017
SAISON 2016/2017

Partager cet article

Repost 0

Vendredi 13 c’était la journée mondiale de la gentillesse...

Publié le par Salle Jean Genet

Comme quoi on invente des journées à la con pour remplir du vide… C’est quoi ce monde de cinglés ? Y a pas que la météo qu’est dérangée ! Depuis qu’on les a inventés, on a beaucoup tué pour des Dieux invisibles dont personne n’a la preuve… et sur le terreau bien connu du fanatisme, de l’ignorance, de la misère, de l’inculture naissent les ténèbres et c’est dans cette brèche que la folie radicale vient s’engouffrer la barbarie en bandoulière…

Les pulsions de mort face aux lumières !

Mais que dire aux enfants quand on marche dans une flaque de sang… Prends ma main, je te conduirai comme je pourrai, là où il y des écoles, des théâtres, des musées, de la paix, de la culture, des sourires, de la joie…

Prends ma main on ne va pas se mettre à genoux, on va rester debout, c’est prodigieux un humain tu sais, c’est pas seulement ce que tu as vu l’autre soir, c’est pas seulement ce qui nous a plongé dans le noir, c’est même tout le contraire.

Alors pour toi Aurélien, pour nous, pour tous ceux qui ont perdu la vie, face à ces barbares prends ma main, il faut rester en vie et là où l’art, la culture et l’éducation sont présents, les ténèbres et la barbarie régressent… Le spectacle de ce soir est un tout petit bout de réponse, un tout petit bout de lumière...

Partager cet article

Repost 0